Le réveil à très grande vitesse de Reims

Publié le jeudi 7 juin 2007

RCD peut se targuer d'avoir d'ores et déjà attiré « l'équivalent de 2 060 emplois, dont la moitié déjà implantés , sans un sou de subventions publiques ». A son tableau de chasse, 23 entreprises, parmi lesquelles la filiale distribution d'Arcelor Mittal ( 950 personnes ), des centres d'appels ( Taxis G 7 et le « 118 » des Pages jaunes, 300 salariés au total ) et, dernier en date, le tour-opérateur Kuoni... Suivant l'exemple de Lille, qui, grâce au TGV, a en partie contrebalancé la panne de l'industrie par un afflux de services, Jean-Yves Heyer joue la carte du tertiaire. « Grâce à la seconde gare de Bezannes, au sud de la ville, nous ne serons qu'à trente minutes de Roissy, et à trois heures vingt de Londres ».
« Reims va entrer dans la première couronne de Paris, à un temps de trajet égal à celui de Versailles. Une entreprise qui souhaite implanter un back-office de 100 personnes sur 1 500 mètres carrés dépensera 1, 2 million d'euros de plus par an dans le quartier de l'Opéra et 730 000 à Montreuil ».

Challenges - 7 juin 2007

http://blog.investinreims.com/Site-Invest-In-Reims/Actualites/Revue-de-presse/Challenges/Le-reveil-a-tres-grande-vitesse-de

Partager sur les réseaux sociaux